Article : La perte d’autonomie liée au vieillissement - Reciprocité

  • pic
  • elu
  • promoteur
  • bailleur
  • investisseur
  • g-habitate

Dernières actus

Les Défis d’Or 2019 : c’est gagné !

    Nous sommes très fiers d’avoir remporté le prix “Adapter la ville aux seniors” lors de la 13ème édition

Lire la suite

Les Tiers-Lieux, la solution pour redynamiser les territoires ? [NEWSLETTER #1]

    Découvrez la première édition de notre nouvelle newsletter ! Ce premier dossier présente les tiers-lieux comme leviers de

Lire la suite

Un tiers-lieu à Strasbourg !

    Après les tiers-lieux à Asnières-sur-Seine et à Lyon, nous sommes très heureux d’accompagner l’émergence de l’ensemble “Lorelei” au

Lire la suite
Toute l’actualité >

Article : La perte d’autonomie liée au vieillissement

 

Selon un Sondage Odoxa, publié le 3 juillet dernier, plus de 2/3 des Français ne sont pas satisfaits de l’accompagnement du grand âge. Parmi les problématiques soulevées, on retrouve la méconnaissance des dispositifs d’aide, leur financement jugé insuffisant, ou encore les moyens à disposition des EHPAD.

 

Ce faisant, ils réaffirment dans cette enquête l’importance de la prise en charge de nos ainés, et en particulier par les politiques publiques. Le sondage évoque même la création d’une cinquième branche de la Sécurité Sociale, sur la question du vieillissement (les quatre autres étant : maladie, accidents du travail, familles et retraite).

 

Un coût partagé entre Etat, collectivités et ménages

 

Il faut dire qu’en face, les coûts de prise en charge d’une personne âgée dépendante pèsent lourd, voire dépassent fréquemment les petites retraites. L’Observatoire Cap Retraite note ainsi des tarifs moyens de l’ordre de 2500€ en Île-de-France, 2000€ en Provence-Alpes-Côte d’Azur pour un mois en EHPAD.

 

Concernant la prise en charge de la dépendance, l’aide de la collectivité se concentre en particulier autour des soins, pris en charge par la sécurité sociale, et de l’allocation personnalisée d’autonomie (APA) portée par le département. Le logement reste quant à lui principalement à la charge des ménages (qui peuvent percevoir une APL le cas échéant).

 

Malheureusement, l’un des effets mathématiques du vieillissement de la population est un poids croissant du financement de cette perte d’autonomie. Aujourd’hui, l’espérance de vie augmente toujours, mais l’espérance de vie en bonne santé croit moins rapidement. L’OCDE estime que les dépenses liées à la dépendance devraient doubler d’ici 2050, pour atteindre 2,6% du PIB ! Les pouvoirs publics seront-ils en mesure de participer à la prise en charge de la dépendance sur une même base qu’aujourd’hui ?

 

Dans les pays voisins, les modèles de prise en charge sont très variables, reposant tantôt sur des assurances privées (Royaume-Uni), sur les politiques publiques (Danemark) ou sur la solidarité familiale (Italie). Mais la réponse à l’augmentation de ces coûts est probablement hybride : acteurs publics, privés, famille, voisins devront probablement travailler main dans la main pour relever le défi du vieillissement. Une coopération sous le signe de la solidarité, qui pourrait permettre de faire des économies par la mutualisation et l’entraide.

 

Sources :

 

Baromètre Santé 360, Enquête réalisée par l’Institut Odoxa sur un double échantillon – 1.002 personnes représentatives de la population française et 1.390 intervenants (aidants familiaux, médecins, infirmiers, directeurs d’hôpitaux et d’Ehpad).

 

LAUTIE S., LOONES A., ROSE N., Centre de Recherche pour l’Étude et l’Observation des Conditions de vie. Crédoc). (2011/12). Le financement de la perte d’autonomie liée au vieillissement : regards croisés des acteurs du secteur. n° 286, 77 p.

 

Article écrit par Mehdi LAKEHAL, Coordinateur de projet

Inscription au fil d'actualité Récipro-Cité

on se rencontre ?

Contactez-nous pour en parler
Récipro-Cité

7, quai Jean Moulin

04 82 53 56 62

Contactez-nous par e-mail à l'adresse suivante : contact@recipro-cite.fr
a1dcf3c069a2c5d4be87bff1c1cfe277888888888888888888888888888