La Charte de l'arbre - Reciprocité

  • pic
  • elu
  • promoteur
  • bailleur
  • investisseur
  • g-habitate

Dernières actus

Des nouvelles de Cocoon’Âges Smartseille

    Plein de nouveautés pour le premier projet conjoint Cocoon’Âges et Chers Voisins à Marseille ! La Maison des

Lire la suite

Première rencontre avec les futurs habitants du quartier Eurêka

    Grande étape pour le quartier Eurêka à Castelnau-le-Lez près de Montpellier avec la rencontre des tous premiers habitants

Lire la suite

La Conciergerie Participative® à Asnières-sur-Seine prend forme !

    Après avoir peint les murs de La Maison du Projet du Quartier Seine Ouest à Asnières-sur-Seine, où s’est

Lire la suite
Toute l’actualité >

La Charte de l’arbre

Planter des arbres dans la ville est un investissement rentable, telle est la conclusion d’une étude menée par des chercheurs américains dont le but a été de chiffrer les économies liées à la présence de l’arbre dans la ville. Et l’arbre en ville a bien d’autres fonctions environnementales, sociales et économiques, comme nous l’a rappelé Monsieur Frédéric Ségur (Grand Lyon – Direction de la Voirie Ingénierie), lors de la présentation de la Charte de l’arbre du Grand Lyon organisée ce mardi 24 avril par l’Agence d’urbanisme de Lyon et son Directeur Olivier Frérot.

En véritable « prestataire de services urbains », l’arbre est un élément essentiel du paysage urbain, un support de biodiversité, un climatiseur urbain (notamment, par le phénomène d’évapotranspiration, il permet d’abaisser la température de l’air), un agent de lutte contre la population urbaine (de l’air, sonore, de l’eau et des sols) et un élément qui participe pleinement au bien-être et au vivre ensemble. En ville, l’arbre facilite en effet la création de lien social, par les espaces d’échanges et de récréation qu’il contribue à faire émerger. De plus, il véhicule un sentiment de sécurité et améliore la santé des citadins. La présence de l’arbre en ville réduirait l’agressivité des citadins et réduirait même le temps de convalescence. Et un participant de se demander si la sécurité sociale pourrait financer les espaces verts !

C’est pourquoi, la Charte a pour objectif de « mettre l’arbre au cœur du projet urbain », qu’il s’agisse des espaces publics, privés ou naturels. C’est un sujet que l’on retrouve dans la plupart des grandes villes. A New York par exemple, une campagne est mise en place pour replanter un million d’arbres dans la ville. A Lyon, des efforts considérables ont déjà été réalisés dans ce sens : le nombre d’arbres gérés par le Grand Lyon a doublé entre 1992 et 2012. Lyon est pionnier en arboriculture urbaine en France. La Charte entend impulser de nouvelles innovations et profiter des principaux projets urbains du Grand Lyon pour en faire des laboratoires d’expérimentation, car oui, on peut innover dans ce domaine.

Par rapport aux résidences de type Récipro-cité, cette réunion a été très intéressante, notamment l’aspect des apports sociaux de l’arbre. Son importance dans la vie du quartier passe par exemple par le rassemblement des habitants pour réaliser la cueillette, notamment dans les jardins partagés. De plus, de par sa longévité, l’arbre se « transmet » entre générations de citadins et peut créer un lien transgénérationnel. Les résidences de type Récipro-cité, avec la place particulière qu’elles accordent à la végétation, sont un moyen de renforcer cette implantation d’arbres voulue par la Charte de l’arbre.

Pour plus d’informations concernant la Charte de l’arbre du Grand Lyon de décembre 2011, ses principes et ses recommandations :http://www.grandlyon.com/fileadmin/user_upload/Pdf/activites/environnement/20111214_gl_chartearbre.pdf

L’agence d’urbanisme de Lyon:http://www.urbalyon.org/site/accueil

Inscription au fil d'actualité Récipro-Cité

on se rencontre ?

Contactez-nous pour en parler
Récipro-Cité

7, quai Jean Moulin

contact@recipro-cite.fr

04 82 53 56 62

Laissez-nous un message, nous vous répondrons dans les plus brefs délais

Vous êtes...

14dbacf8e0f81145aafd438961681e10II